Les Réenchanteurs Associés

Les sélections vidéo des Réenchanteurs Associés

Rubrique consacrée au réenchantement, à l'expression de la vie dans ce qu'elle a de merveilleux, d'unique, d'édifiant, afin que nous choisissions notre camp : celui des veilleurs de valeurs et des passeurs de lumière et d'espérance. Quelques minutes pour prendre le temps de vivre, pour renouveler son regard sur le précieux de la vie, pour renouer avec les simplicités originelles hors desquelles il n'est point de plénitude possible.
À bon réenchanteur, salut !

RÊVE :

Voyage fantasmagorique
Un merveilleux voyage entre rêve et réalité !
Film “L'Odyssée” de Cartier – Réalisation : Bruno Aveillan
Partager
Voir la video
Jamais un spot publicitaire télévisé n'avait été aussi long et racé ! Il est vrai qu'il s'agit d'une œuvre somptueuse qui s'apparente bien plus à un film très soigné qu'à l'une de ces productions racoleuses et mercantiles toujours peu ou prou exprimées sur le même ton et les mêmes codes publicitaires. Ici, tout est raffinement et magie, sur un registre “fantastique” : c'est toute une histoire qui est contée en 3 minutes 30, un voyage entre le rêve et la réalité. Une odyssée. L'objectif est, pour la célèbre marque de joaillerie Cartier, d'exprimer son histoire, ses valeurs et son inspiration, son envergure artistique et universelle. Un moment beau comme un rêve au Pays des Merveilles…
Redessiner les contours du monde !
Le monde mis en lumière… grâce à un théâtre d'ombres
Pilobolus Dance Theatre “Shadowland”
Partager
Voir la video
Une incroyable performance, qui montre que l'homme est capable de réinventer le monde par sa seule présence ! On se frotte les yeux tant on retrouve son émerveillement d'enfant face à ce théâtre d'ombres qui donne naissance à des situations, des atmosphères, des séquences de vie extraordinairement évocatrices et expressives. La vie est belle… surtout quand l'homme révèle à ce point son talent, sa capacité de susciter l'émerveillement… avec rien. Rien d'autre que lui-même et son imagination. Et sa capacité de rêver et de faire rêver ! Jubilatoire ! Cette vidéo nous a été transmise par l'ami Joël Bergeot, lui-même créateur de spectacles réenchanteurs !

CONFIANCE :

Ose exprimer ce que tu es !
La scène la plus surprenante du film : « N'oubliez jamais ça »
« LE CERCLE DES POÈTES DISPARUS », de Peter Weir (1989)
Partager
Voir la video
Cette séquence est extraite du film-culte « Le Cercle des Poètes Disparus », qui eut un retentissement considérable lors de sa sortie en 1989. La pédagogie déroutante du Professeur Keating dénote quelque peu dans la prestigieuse académie de Welton — institution américaine austère, à la fière devise : “Tradition, Discipline, Excellence”. Keating, professeur original de Lettres anglaises, encourage des jeunes gens de bonne famille à échapper aux conventions pour affirmer leur singularité légitime. Todd Anderson est un élève d'une timidité maladive, qui va peu à peu exprimer le meilleur de lui-même grâce aux stimulations formidablement encourageantes du Pr. Keating. En projetant sur le devant de la scène un élève particulièrement intériorisé, et en prenant le risque de le livrer à la risée générale, le Pr. Keating semble enfreindre les lois les plus élémentaires de la pédagogie ! C'est précisément ce qui surprend ici — la manière dont un supplice peut se métamorphoser en une épreuve du feu permettant d'accéder à une victoire immense et inoubliable : la victoire sur soi-même… La présente scène-clé, à travers un rituel quasi chamanique et à tout le moins initiatique, est la preuve étourdissante qu'un éducateur peut atteindre le sommet de son art de transmettre, en révélant un être à lui-même, en lui donnant confiance dans ses propres capacités. Une grande leçon de confiance, où l'instinct de l'instant crée une empreinte ineffaçable dans la vie d'un être. Car on ne connaît bien que ce que l'on a expérimenté. À la fin du film, Anderson est le premier de tous les élèves à exprimer avec une audace inouïe, sa fidélité inconditionnelle au Professeur. Car c'est bien ce professeur qui lui a permis d'exprimer le meilleur de lui-même et auquel il doit d'avoir découvert qui il est. C'est parce que le Professeur a éperonné en lui son ardeur, que Todd Anderson a fini par terrasser ses plus grands dragons : sa timidité, ses peurs, la dépendance au qu'en-dira-t-on ; rien désormais ne pourra l'empêcher de rejoindre la part la plus authentique de lui-même. Rien. Une grande leçon pour chacun d'entre nous, quels que soient notre âge et notre situation dans la vie… « N'oubliez jamais ça ! »
Ne laisse pas à l'abandon ton jardin secret…
Film de Agnieszka Holland - Redonner vie aux sentiments et aux lieux livrés à l'abandon…
« LE JARDIN SECRET » (1993) Renaissance (montage de Chantal Duros)
Partager
Voir la video
Le Jardin secret (The Secret Garden) est un film britannico-américain sorti en août 1993, réalisé par Agnieszka Holland. C'est l'histoire, au XIX° siècle, d'une jeune orpheline recueillie par son oncle dans un lugubre manoir du Yorkshire et qui, en explorant la propriété, va découvrir un jardin laissé à l'abandon depuis la mort de sa tante, disparue prématurément. La jeune fille décide d'en faire son domaine et, aidée d'un jeune domestique, elle va redonner vie non seulement au jardin mais également aux habitants de la triste demeure, qui restaient jusqu'à présent cloîtrés, maladifs et comme retirés de la vie. Grâce au pouvoir transfigurateur de l'enfance, et en communion avec l'éveil de la nature, tout redevient possible, accessible, libéré, beau et neuf. C'est l'avènement du printemps, jusqu'au cœur des êtres. Le jeune garçon chétif, qui ne se déplaçait qu'en chaise roulante ou à l'aide de béquilles, retrouve ses forces et ses facultés et se remet en marche, mu par la force irrésistible d'une espérance renouvelée et d'une vitalité retrouvée. Par l'appel de la vie, tout simplement. Toutes ces métamorphoses inattendues — au même titre que les éclosions de la nature observées avec une attention dévorante par l'enfant — sont de l'ordre du petit miracle : elles intiment que, par une série de lents réapprivoisements successifs, tout peut renaître, y compris ce que l'on croyait disparu pour toujours. On dirait même que la restauration du jardin secret a le pouvoir de maintenir vivante celle, disparue, qui en fut la propriétaire et qui en devient la muse inspiratrice, l'ange gardien, la secrète et bénéfique présence. Les liens d'affection resurgissent aussi entre le père et le fils ; tout retrouve sa place et son sens. On remarquera la symbolique de la clé (celle des songes ?) qui permet d'ouvrir ce qui semblait définitivement fermé suite au deuil d'un être cher, à commencer par la joie, l'espérance, les lendemains qui chantent. Et si, à la lumière de cette séquence, nous revisitions notre propre jardin secret, en nous montrant attentif à son équilibre, à sa beauté, à ses éclosions subtiles ? Si nous nous efforçions de restaurer les harmonies de l'être, en prenant soin de la part la plus sensible de nous-même, tout comme celle des autres, et du monde qui nous entoure ?

FRATERNITÉ, JOIE DE VIVRE :

Débarquement immédiat en Fraternité !
“Welcome back” Aéroport d'Heathrow (Londres) - 27 octobre 2010
Une spectaculaire atmosphère de jubilation festive transmise comme une traînée de poudre…
Partager
Voir la video
Cette séquence dégage une formidable énergie et montre comment, en quelques minutes, un monde ordinaire peut se transformer de manière extraordinaire grâce à un mouvement de ferveur initié par quelques-uns. Sur le lieu de retrouvailles d'un terminal d'aéroport, voici comment une incroyable atmosphère est créée spontanément, grâce à l'enthousiasme formidablement communicatif de très talentueux chanteurs, danseurs et… musiciens. De drôles de musiciens, du reste, puisqu'ils n'ont aucun autre instrument que leur bouche, leur langue, leurs mains et leurs pieds ! Il faut non seulement beaucoup de talent pour arriver à créer cette ambiance-là, mais surtout de réelles qualités de cœur, le désir d'exprimer pleinement une joie et de la répandre tout autour. Ce qui est véritablement réenchanteur dans cette scène, c'est la manière dont le quotidien peut être subitement transformé, magnifié, sublimé, laissant percevoir ce que l'humanité pourrait être si les relations humaines étaient accueillies dans une disposition et une disponibilité aussi joyeuses. L'attitude d'abord incrédule, puis subjuguée et rayonnante des voyageurs en dit long sur cette faculté très spontanée d'accueillir ce grand élan fraternel, capable de transformer un hall d'aéroport, et pourquoi pas — si nous en avions l'audace dans l'obstination d'amour — le monde entier, jusqu'aux extrémités de la terre ! Quels que soient son âge, sa condition, sa nationalité, sa couleur de peau, sa tenue vestimentaire, son tempérament, chacun est entraîné dans cette dynamique de joie, ce tourbillon vivifiant, plein d'allégresse festive. On remarquera l'attitude interloquée d'un membre du Service de sécurité, pris entre le sérieux de sa mission (qui consiste à réguler les allées et venues) et sa docilité bon enfant face à cette gentille confusion, ce débordement assurément peu conventionnel… On remarquera aussi l'authentique émotion de certains voyageurs qui se demandent si ce qu'ils sont en train de vivre est bien vrai. Et justement : si c'était vrai ? « Oh ! My God ! I can't believe it !… » La vidéo se termine sur le slogan de T-mobile « Life's for sharing » (la vie est faite pour partager !) Efficace antidote face au désenchantement de nos sociétés et joli défi face à l'individualisme ambiant. Pour obtenir l'image en plein écran et ainsi mieux vivre ce grand moment, cliquez sur le pictogramme carré composé de quatre petites flèches, tout à fait à droite de la barre de téléchargement, juste sous l'image de la vidéo… Un grand merci à Sandrine Gal pour nous avoir transmis ce lien, et permis ainsi de partager à notre tour cette émotion jubilatoire ! N'hésitez pas à partager vous aussi votre enthousiasme en cliquant sur le lien “Transmettre à un ami”. C'est gratuit et ça peut rapporter gros. En amitié et en prospérité de sentiments !…
Partager la joie jusqu'aux extrémités de la terre !
Musique de Garry Schyman (chanson Trip the Light)
Where the Hell is Matt ? Matt Harding & Melissa Nixon
Partager
Voir la video
Les assidus du Petit Paquet Réenchanteur ont déjà vu voici quelques années (2010) une première version de cette joyeuse chorégraphie qui court à travers le monde, à partir de quelques mouvements gestués répétés par des groupes de toutes les nationalités. Initié par Matt Harding Dans la sinistrose ambiante, où se posent tant de questions sur le fameux vivre-ensemble, voici une réponse légère et rafraîchissante montrant que la joie est réellement universelle et qu'elle est faite pour être partagée ! Cette vidéo a été rappelée à notre attention par Béatrice Saint Jean, fidèle réenchanteuse associée, qui conseille de mettre le volume à fond pour écouter ces 5 mn de jubilation collective, surtout par un jour de spleen…
Redécouvrir les personnes dans leur beauté et leur capacité
« Vous êtes super ! » - Réalisez vos rêves…
Partager
Voir la video
Que se passerait-il si nous prenions le temps de rappeler aux gens qu'ils ont tous quelque chose d'extraordinaire en eux, en un mot qu'ils sont super ? Commencez par vos proches, puis élargissez cette attitude auprès de votre entourage, et osez continuer auprès d'inconnus croisés dans la rue ! Oui, le monde peut devenir beau et fraternel si nous changeons de regard et révisons radicalement notre relation aux autres… Telle est la moralité de cette initiative simple, presque enfantine, qui cherche à propager l'énergie d'amour, en commençant par la révéler en chaque être. Sortir de l'anonymat de la foule afin d'ausculter la beauté des visages, et accorder de l'attention aux rêves qui habitent chacun d'entre nous. Quelle merveilleuse audace ! Et quel bonheur de voir s'éclairer les visages à l'évocation de cet essentiel qu'il nous est si peu souvent demandé de partager en société ! Une vidéo réjouissante qui montre la puissance des liens du cœur et de la bienveillance. Cette vidéo nous a été transmise par Raphaël Garagnon, guetteur perspicace des moments infimes qui transfigurent la vie ! Partagez cette joie de vivre autour de vous afin de multiplier vos chances d'être heureux ! Et n'oubliez pas de dire à ceux que vous aimez combien ils ont du prix à vos yeux !
Un monde meilleur
Interprété par Kids United (pour l'Unicef)
“On écrit sur les murs”
Partager
Voir la video
« On écrit sur les murs » est une chanson écrite et composée par Romano Musumarra et Jean-Marie Moreau et interprétée par Demis Roussos en 1989. Cette version, rafraîchie et réactualisée près de 30 ans plus tard par une troupe d'enfants, présente un risque : celui de devenir une ritournelle entêtante que vous n'arrêterez pas de fredonner toute la journée ! Vous ne serez pas le seul : en quelques semaines, ce clip a été visionné plus de 45 millions de fois ! « On écrit sur les murs la force de nos rêves, nos espoirs en forme de graffitis ; on écrit sur les murs pour que l'amour se lève un beau jour sur le monde endormi… »

CONSEILS DE VIE :

La vraie beauté du dedans…
Conseils de Audrey Hepburn pour être et rester belle
SECRETS DE BEAUTÉ
Partager
Voir la video
Voici ce qu'écrivit la célèbre actrice Audrey Hepburn — unanimement réputée pour son élégance et son charme qu’Elizabeth Taylor qualifia même d’insurpassables — quand un jour quelqu'un lui demanda de livrer quelques-uns de ses secrets pour être belle... « Pour avoir des lèvres attirantes, prononcez des paroles de bonté. Pour avoir de beaux yeux, regardez ce que les gens ont de beau en eux. Pour rester mince, partagez vos repas avec ceux qui ont faim. Pour avoir de beaux cheveux, faites qu'un enfant y passe sa main chaque jour (…) » Le secret de beauté devient un secret de bonté, et l'on passe ainsi du paraître à l'être… Audrey Hepburn est entrée dans l'histoire du cinéma comme l'une de ses plus inoubliables comédiennes, avec ce “petit quelque chose en plus” qui la signala d’emblée comme une grande dame. En 1999, l'American Film Institute l'a ainsi distinguée comme la troisième plus grande actrice de tous les temps dans le classement AFI's 100 Years... 100 Stars. Audrey Hepburn a eu un engagement important pour diverses causes humanitaires, et fut ambassadrice de l'Unicef entre 1988 et 1992. Son action est aujourd'hui poursuivie par l'Audrey Hepburn Children's Fund, œuvre caritative fondée en 1994, un an après sa mort...
Vous voulez être heureux ? Soyez reconnaissants !
Frère David Steindl-Rast, moine et érudit interreligions- conférence TED
Partager
Voir la video
Frère David Steindl-Rast, moine bénédictin d'origine autrichienne, porte ses 86 ans avec beaucoup de jeunesse d'esprit. Il a étudié l'art, l'anthropologie et la psychologie et a obtenu un doctorat de l'université de Vienne. Bouleversé dans sa jeunesse par la règle de saint Benoît, il a cherché à créer des ponts avec les religions orientales, après ses lectures de Thomas Merton et son amitié avec un moine zen. Il est engagé dans ce qu'il appelle “la mystique en action”. Il nous montre ici le lien entre bonheur et gratitude. Son équation est simple : plus il y a de gens joyeux, plus le monde sera joyeux. La première mission est donc de répandre le principe de gratitude pour que le monde aille mieux… Sa méthode repose sur trois mots d'ordre : STOP-LOOK-GO. « Ce petit S'ARRÊTER, REGARDER, AVANCER est une graine si puissante qu'elle peut révolutionner notre monde ! » Écoutez le détail de son explication. Un petit moment de grande sagesse. Cette vidéo nous a été transmise par une réenchanteuse fidèle et inspirée : Béatrice Saint Jean. POUR ACTIVER LES SOUS-TITRES EN FRANCAIS, ACTIVER LE MENU LANGUAGES (> FRENCH) EN BAS À DROITE EN SURVOLANT AVEC LA SOURIS LE BANDEAU NOIR DU BAS.

JOIE DE CROIRE :

Et si l'on y croyait vraiment ?
Courir sous la pluie : un temps où la confiance innocente peut être nourrie.
« Light Rain » - Basé sur une histoire vraie
Partager
Voir la video
La vérité, dit-on, sort toujours de la bouche des enfants. L'élan de confiance inconditionnel aussi, si l'on en croit ce qu'exprime cette adorable frimousse… prénommée Jade ! Une belle histoire qui montre que nos réticences et nos obstacles ne sont rien d'autre que de ridicules frilosités face aux vrais enjeux de la vie… Cette vidéo réjouissante nous a été transmise par la fidèle réenchanteuse associée, Béatrice Saint Jean.
Laisse l'espoir se lever et les ténèbres trembler…
Un chant de louange et d'espérance catalyseur d'énergie (11-12-2011)
Hillsong - With Everything.
Partager
Voir la video
Hillsong, groupe chrétien de pop-louange australien, rassemble dans ses célébrations hebdomadaires plus de 20.000 personnes, essentiellement des jeunes. La présente chanson est assez remarquable par sa montée en puissance, et par la voix prodigieuse de Joel Houston, directeur artistique et “lead singer” des chansons Hillsong — dont bien des stars de rock pourraient envier le ton rauque et les capacités vocales ! Joel Houston est l'un des fils du pasteur Brian Houston et représente avec beaucoup d'humilité mais aussi de fougue une nouvelle génération d'adorateurs. Comment la musique moderne et l'expression actuelle des chants de louange peuvent conduire à Dieu… Pas d'attitudes de rockstar de la part des chanteurs du groupe (dont le chanteur varie d'un chant à l'autre), pas d'idôlatrie, pas de racolage ni de prosélytisme frelaté. La star, c'est Dieu. L'exultation, c'est la louange vers lui. Ils mettent le feu, tout en renvoyant chacun à son mystère personnel. À cet égard, l'attitude puissamment recueillie des personnes rassemblées ici, montre que l'on est bien au-delà des phénomènes d'hystérie collective liés usuellement à des concerts de cette ampleur. Beaucoup témoignent de la manière dont ces rencontres fortifient leur espérance et leur donnent le désir de changer le monde afin de faire triompher une civilisation d'amour en chassant la décadence et les ténèbres grâce à la lumière sacrée qui vient de Dieu. Traduction des paroles de “With Everything” qualifiée de “phenomenal, powerful song” : « Ouvre nos yeux Pour voir les choses qui font que Ton coeur crie Pour être l'Église que Tu désirerais Que Ta lumière soit vue Décompose notre orgueil Et tous les murs que nous avons batis à l'intérieur Nos couronnes terrestres et tous nos désirs Nous nous mettons à tes pieds Laisse l'espoir se lever Et les ténèbres trembler Dans Ta lumière sacrée Que chaque oeil verra Jésus notre Dieu Grand et puissant pour être loué Dieu de tous les jours Splendide dans tous tes chemins Oh la majesté la merveille et la grâce Dans la lumière de Ton nom Avec tout Avec tout Nous chanterons pour Ta gloire Avec tout Avec tout Nous chanterons Ta louange Avec tout Avec tout Nos coeurs crient Soit glorifié Soit élevé haut, au dessus de tous les noms Pour Toi notre Dieu Avec tout Nous chanterons Ta louange Avec tout Avec tout Nous chanterons pour Ta gloire Avec tout Avec tout Nous chanterons Ta louange »

CONTEMPLATION :

Les Décrocheurs de Lune…
Expériences et jeux lunaires…
“Playing with the Moon” - Photos de Laurent Laveder
Partager
Voir la video
Célèbre astrophotographe français, Laurent Laveder est un scientifique qui aime garder la tête dans les nuages… et qui est souvent dans la lune, comme vous pouvez le constater à travers ces surprenantes images, poétiques et inattendues, saisies sans montage mais avec un goût et une virtuosité certaine pour faire participer l'homme à la musique des sphères ! Voici la manière dont ce photographe témoigne de son art : « Depuis de longues années, la photo est ma passion. Ce média me fascine : figer un instant pour l'éternité, c'est magique ! Ce qui me plaît, c'est de trouver dans une scène le point de vue qui me permet d'en retranscrire l'émotion ou le sens, voire de donner tout simplement de l'intérêt à des scènes familières que notre regard effleure sans même les voir, sans en appréhender la nature. Mon intérêt combiné pour les sciences (j'ai une formation scientifique) et la photographie me poussent à chercher en toutes choses l'expression des nombreux phénomènes physiques et à les immortaliser. Il y a tant à voir pour qui sait où et quand ouvrir les yeux. » Un poète de cette trempe devait tôt ou tard rejoindre les Réenchanteurs Associés ! C'est grâce à Marie Eymard, notre dévouée secrétaire des Éditions Monte-Cristo, que nous avons découvert ces affinités poétiques.

ENFANCE :

L'enfant spirituel te conduit au mystère…
Des voix célestes… sur terre !
« VOCA ME » - Chœur des Petits chanteurs Libera
Partager
Voir la video
Libera est un groupe vocal dirigé par Robert Prizeman, composé de garçons provenant principalement du chœur de la paroisse St. Philips de Norbury, au sud de Londres. À ses débuts, dans les années 70, le chœur ne comptait que trois garçons. Aujourd'hui, Libera compte environ trente garçons de sept à seize ans, en comptant les nouveaux qui ne sont pas encore prêts à participer aux albums ou aux tournées. Ce chœur anglais, encore appelé Angel Voices, est aujourd'hui de réputation internationale et est invité à se produire dans le monde entier. La pureté exprimée par ces chants nous plonge dans une atmosphère toute mystique, propice à la méditation et à l'approfondissement intérieur. L'ambiance de la vidéo ci-dessus n'est pas sans rappeler certaine scène cinématographique du “Cercle des Poètes disparus”, où, dans la clandestinité, des jeunes gens s'enfuient nuitamment dans la forêt pour se regrouper dans une grotte afin de partager la saveur et le sens de poèmes oubliés. Les enfants de Libera, quant à eux, nous donnent de redécouvrir une force bienveillante et pacifique, proprement divine, que notre monde moderne, peu à l'écoute des silences habités, a tendance à oublier… Nuit mystique…

AMOUR, JOIE D'AIMER :

La voix du bien-aimé
La voie du plus fin amour…
Dei Amoris Cantores - Groupe de chant liturgique polyphonique
Partager
Voir la video
Fondé en décembre 2011 par 3 amis musiciens et compositeurs : Tanguy Dionis du Séjour, Martin Szersnovicz, et Frère Gaétan, respectivement ami, oblat, et frère de la Communauté St Jean, "Dei Amoris Cantores" est un chœur catholique qui, à l’appel de Jean-Paul II et de Benoît XVI, se consacre à la nouvelle évangélisation. Cette vidéo très touchante s'efforce de traduire l'élan du cœur qui conduit vers l'absolu de l'amour, incarné par son ”élu”. Le chant d'une grande pureté élève l'âme et montre à quel point l'amour puisé au plus profond de l'intériorité, irradie toute chose.
Les vrais amants
Les vrais amants sont les cœurs fidèles !
Éloge de la fidélité…
Partager
Voir la video
[Si les sous-titres français de ce clip espagnol de s'affichent pas, activez-les en cliquant sur la deuxième petite icône en bas à droite, qui apparaîtra si vous la survolez avec votre souris] Ne vous fiez pas aux premières apparences : ce clip délivre un message révolutionnaire ! Les vrais amants sont les cœurs fidèles, les vrais aventuriers sont ceux qui se projettent dans l'amour durable… À l'heure où des sites Internet prospèrent en promouvant l'apologie de l'adultère — jusqu'à des affichages grand format dans le métro sur le thème “Variez les plaisirs” — cet éloge de la fidélité, reposant sur une ambiguïté inversée, est proprement réjouissant. Derrière ces histoires à la fois diverses et parallèles, ce n'est pas le moralisme qui est convié, mais la vraie joie. Celle d'aimer en vérité, d'attendre et d'espérer, de respecter l'autre dans une interdépendance féconde, d'aborder le temps non dans la fuite, l'esquive ou la lassitude, mais avec la volonté de réinventer sans cesse la relation ! « LES AMANTS SONT CEUX QUI S'AIMENT. CE 14 FÉVRIER, POUR LA SAINT-VALENTIN, COMMENCE À ÊTRE UN AMANT ! »
La bouleversante leçon de vie d'un ado
« Vous n'avez pas besoin de savoir comment vous allez mourir pour commencer à vivre ».
« Mes derniers jours » - Témoignage de Zach Sobiech
Partager
Voir la video
Aux portes de la mort, la leçon de vie d’un ado… « Vous n’avez pas besoin de savoir comment vous allez mourir, pour commencer à vivre. » Ces mots, c’est un adolescent américain de 17 ans qui les a prononcés, aux portes de sa propre mort. Un adolescent au sourire de lumière, à la joie communicative, à la bonté profonde. Son nom est Zach Sobiech. En 2009, à 14 ans, il est atteint d’une tumeur des os. C’est le début d’un long calvaire. En 2012, Zach apprend qu’il est condamné à mourir d’ici quelques mois. Sa réaction ? Goûter la vie, avec encore plus d’intensité, rendre heureux ceux qui l’entourent, et écrire de la musique. En particulier sa chanson, Clouds, écrite pour dire adieu à ceux qu’il aime. En quelques semaines, elle fait le tour du monde, des millions de personnes l’écoutent, Zach donne des concerts. Sa philosophie de vie bouleverse. « Sa devise était : Utilise tes talents pour le bien, et fais de ton mieux pour mettre un sourire sur le visage de quelqu'un chaque jour », témoigne sa maman, Laura. Zach a grandi dans une famille catholique du Minnesota. Ses parents, mariés depuis 27 ans, ont vécu l’épreuve dans la confiance en Dieu. Laura dit qu’elle a compris qu’elle ne pourrait pas vivre cette épreuve sans Dieu et sans Marie, la mère de Jésus : « Je prie le chapelet, je sais que c’est là que nous allons recevoir la grâce pour traverser cette souffrance. Je n’ai pas à la porter seule. C’est mon filet de sécurité. » Zach est décédé en mai 2013, juste après ses 18 ans, laissant une traînée de lumière et d’amour dans son sillage. À voir, sur youtube, le très beau court-métrage qui lui est consacré : Mes derniers jours. Transmis par une fidèle réenchanteuse “au service de l'être et de la Vie” : Edith Valdenaire.
À quoi ça sert l'amour ?
Louis Clichy (Cube Creative) - Edith Piaf et Theo Sarapo (paroles et musique Michel Emer)
Partager
Voir la video
Un joli dessin animé à l'ancienne sur une chanson d'Édith Piaf et Theo Sarapo.
« Tout ce qui est séparé du divin est vain »
Émission du 16 octobre 2014
RCF - Chronique de Isabelle Hérault, libraire à Montpellier
Partager
Voir la video
Chronique littéraire de Isabelle Hérault sur le livre de François Garagnon, « Tout ce qui est séparé du divin est vain », paru aux Éditions Monte-Cristo (Juillet 2014). « Une lumière d'éternité perçue par le prisme d'un kaléidoscope, où le guetteur d'absolu ausculte les couleurs chatoyante des menus événements, des sensations fugitives et des rencontres fondatrices».
Souviens-toi…
Éloge de l'amour qui dure et qui défie le temps…
Remember when - Une production Pixar (chanson de Alan Jackson)
Partager
Voir la video
« Pour le meilleur et pour le pire »… La célèbre formule qui accompagne l'union d'un homme et d'une femme est ici merveilleusement illustrée par Carl et Ellie, à travers un joli petit film réalisé en images de synthèse. Une love-story qui bouleversera tous ceux qui croient à la beauté du mariage, à la fidélité par delà les épreuves, à tout ce qui résiste au temps. Le mariage, ce « pacte d’amour pour la vie entre un homme et une femme » , est une formidable aventure, malgré les aléas inévitables liés à la condition humaine : imprévus, rêves qui tombent à l’eau faute de moyens, épreuves telles que la maladie, le chômage ou celle de l’infertilité… Cet extrait de l’histoire de Carl et Ellie, les deux héros de « Là-haut », ce long métrage d’animation des studios Pixar (sorti en 2009 mais résistant au temps et à l’actualité) l’illustre de façon émouvante. Ce lien vidéo nous a été transmis par Vincent Morati.

SÉRÉNITÉ et PAIX DU COEUR :

Hallelujah
Une interprétation magnifique en quatuor d'une chanson de Leonard Cohen
Espen Lind (à la guitare), Askil Holm, Alejandro Fuentes, Kurt Nilsen
Partager
Voir la video
Cette chanson signée Léonard Cohen est devenue mythique (certains l'ont même qualifiée de “plus belle chanson de tous les temps”) et a fait l'objet de maintes interprétations : outre Jeff Buckley, Rufus Wainwright, Stan Walker, John Cale, Bon Jovi et aussi des interprétations féminines comme celles d'Allison Crowe, Amanda Jennssen, Kate Voegele ou Alexandra Burke. Des étudiants de la Michigan State University en ont même réalisé une étonnante version a capella (à découvrir sur Dailymotion). Ce qu'il y a de remarquable, c'est que malgré son titre, cette chanson n'a rien de religieux et n'est pas interprétée par des “enfants de chœur” (certains, comme Bon Jovi, versent même plutôt dans le hard rock). Et cependant, cette simple incantation, exprimée de manière très intériorisée, a le pouvoir de transformer littéralement chaque interprète… et chaque auditeur. L'atmosphère environnante s'imprègne d'une gravité particulière, devient quasiment liturgique. Faites l'expérience : écoutez cette chanson… et vous vous prendrez à fredonner l'air et à vous apercevoir qu'il ne vous lâche plus et crée en vous quelque chose de très apaisant… La version proposée ici est interprétée superbement par quatre grands chanteurs norvégiens qui offrent une interprétation “communautaire” particulièrement recueillie… Les quatre compères se sont retrouvés sur scène pour une tournée in live (“Hallelujah Live”) en 2006, réunissant d'innombrables fans. Nota - cette vidéo a été visionnée sur Youtube quelque 30 millions de fois… avant d'être retirée sur demande des producteurs de l'émission. Dailymotion nous permet de partager ce grand moment, et nous espérons que le libre accès ne sera pas censuré.
Rien d'autre n'a d'importance…
« Croyons éternellement en ce que nous sommes Et rien d'autre n'a d'importance »
Scala & Kolacny Brothers - Nothing Else Matters - Une ballade nostalgique
Partager
Voir la video
Scala & Kolacny Brothers est une chorale féminine belge originaire de la ville d'Aarschot. Elle a été fondée par les frères Steven et Stijn Kolacny en 1996 et compte environ 60 jeunes filles âgées de 14 à 20 ans. Stijn dirige la chorale et l'accompagnement au piano est assuré par Steven. Scala est rapidement devenue l'un des plus grands ensembles vocaux d'Europe et participe régulièrement à des concours pour chorales dans le monde entier. Curieusement, cette ballade mélancolique, « Nothing Else Matters », aux évocations méditatives voire mystiques, a été composée par James Hetfield, le guitariste et chanteur de Metallica… un groupe de heavy metal, peu coutumier d'harmoniques aussi douces ! Paradoxalement, cette chanson est devenue la plus connue du groupe et celle qui l'a rendu populaire ! Il y eut même un enregistrement avec un orchestre philharmonique… L'interprétation de Scala, beaucoup plus dépouillée et essentielle que l'original, notamment du fait de l'absence de percussions trop lourdes et banales, lui donne une touche de pureté qui rend le morceau réellement envoûtant. EXTRAITS traduits : « Si proche, peu importe la distance Ça ne pourrait être plus près du cœur Croyons éternellement en ce que nous sommes Et rien d'autre n'a d'importance » Cette ballade a été portée à notre connaissance par Raphaël Garagnon.
Le Pouvoir de la Gratitude
Réaliser la saveur de ce que nous vivons
Florence Servan-Schreiber - les bienfaits de la psychologie positive
Partager
Voir la video
Formée à la psychologie transpersonnelle en Californie, Florence Servan Schreiber, journaliste et diplômée de la JFK University, a été parmi les premières à enseigner la programmation neuro-linguistique en France dans les années 1980. Chantre de la psychologie positive, elle applique aujourd'hui les découvertes scientifiques de la psychologie à la recherche du bonheur et du bien être. Extraits : « La gratitude est un sentiment de reconnaissance que nous éprouvons lorsque nous réalisons la saveur de ce que nous vivons. Lorsque nous savons nous émerveiller des toutes petites choses, nous nous sentons plus heureux, davantage reliés aux autres ; nous nous sentons plus alertes et plus vivants. Les bénéfices secondaires, sur le plan relationnel sont tout d’abord de nous sentir beaucoup moins seuls. Parce que la gratitude provient toujours de quelque chose ou de quelqu’un qui est à l’extérieur de nous. C’est un sentiment qui nous rend humble, qui nous donne envie de donner à notre tour. Selon Martin Seligman, fondateur de la psychologie positive, chercheur à l’Université de Pennsylvanie, il suffit, dans sa journée, de repérer trois situations, moments, interactions, goûts, sensations, qui nous ont fait du bien et pour lesquels on a envie de dire : « Merci ! » pour faire progresser son niveau de bonheur. » Ce lien vidéo nous a été transmis par Marie Desvignes-Eymard de Brassilly.
Le pouvoir contagieux d'un sourire
Il suffit de pas grand chose pour faire basculer une situation…
Grupo Pinero
Partager
Voir la video
Voici un petit clip naïf comme on aimerait en voir plus souvent. Car c'est peut-être ce qui manque le plus à notre monde: cette bienheureuse naïveté, grâce à laquelle peuvent s'épanouir l'attention à l'autre, la joie, la tendresse, le bien-être. Il ne faut pas se contenter de regarder ce clip, il faut en mettre en œuvre la moralité, là, maintenant, tout de suite ! Essayez pour voir ! Cette vidéo nous a été transmise par la réenchanteuse Perrine Durdilly, avec ces commentaires : « Le papier qui sert habituellement à emballer le cadeau, même s'il est choisi avec goût, même s'il est plié avec art, n'attire pas l'essentiel de notre attention. Dans cette vidéo, ce morceau de papier, au début méprisé devient l'occasion de faire suivre, tout simplement, le sourire sur le visage de chacune des personnes qui le reçoit... jusqu'à revenir, par hasard, aux mains de son propriétaire initial. Sans moraliser, le sourire continue son œuvre de réparation jusqu'à atteindre le cœur du propriétaire préoccupé, envahi par les soucis du monde, qui avait jeté négligemment ce morceau de papier. Loin de moraliser, ce qui serait vain et culpabilisant, ce geste qui circule réveille plutôt l'émerveillement et l'admiration... Puissions-nous nous en inspirer pour notre quotidien et rentrer dans cette dynamique responsable de la circulation de la vie... afin de réenchanter le monde ! »

LIBERTÉ INTÉRIEURE :

Une folle quête d'authenticité
En quête d'un impossible idéal…
Film “Into the Wild” - Thème de Eddie Vedder : « Society »
Partager
Voir la video
“Into the Wild” (“Dans la nature sauvage”) est un film qui retrace la vie de Christopher Johnson Mc Candless, un jeune aventurier américain disparu tragiquement après avoir voulu fuir l'hypocrisie du monde adulte, les artifices de la société matérialiste, et les traumatismes de sa propre enfance. Son but est de s'enfoncer toujours plus avant dans la nature sauvage, et d'atteindre l'Alaska. Sur son chemin, ses rencontres éclectiques (des hippies généreux, une jeune fille souffrant de solitude, un vieil homme qui lui parle de Dieu…), sans remettre en cause la détermination de sa quête solitaire, vont modifier ses perspectives sur le sens de la vie. Peu avant de mourir, il écrira : « la vie n'a de sens que dans les rencontres »… Servi par l'interprétation pleine d'empathie du jeune Emile Hirsch (même âge que l'authentique aventurier au moment du tournage) et par les chansons déchirantes de Eddie Vedder (évoquant à merveille le “poor lonesome cowboy”), ce fim est à la fois pathétique et fascinant — en posant en second plan la question de l'inanité de nos sociétés obsédées par l'argent, le pouvoir d'achat, la consommation et le confort, et de ce fait radicalement éloignées de la nature sauvage et… de notre nature profonde. C'est ce que cette chanson “Society” nous murmure – comme un cri d'alarme à peine audible dans le tumulte de la vie moderne : « C'est un mystère pour moi, nous avons une avidité que nous avons acceptée (…) Tu penses que tu dois avoir plus que ce dont tu as besoin (…) Société folle et creuse, tu es un élevage de fous ! » Mot de la fin de cette destinée tragique, à la poursuite d'un impossible idéal : « I have had a happy life and thank the lord. Good bye and may God bless all ! »
Asimbonanga
Chanson “Asimbonanga” de Johnny Clegg
Flashmob à Pretoria deux jours après la mort de Nelson Mandela
Partager
Voir la video
La scène se passe le 7 décembre 2013 dans un supermarché de Pretoria, deux jours après la mort de Nelson Mandela. Les clients font leurs courses quand soudainement un homme entonne les premières paroles de "Asimbonanga" de Johnny Clegg. Il est suivi par d'autres chanteurs déguisés en vendeurs, mais qui sont en réalité des membres duSoweto Gospel Choir, célèbre formation de gospel sud-africaine parrainée par Desmond Tutu. Cette vidéo nous a été transmise par Béatrice Saint-Jean, fidèle enthousiaste des Réenchanteurs Associés.
La vie est ce que l'on en fait !
Le principal handicap ? C'est notre retenue à aimer la vie !
Nick Vujicic
Partager
Voir la video
Ni bras, ni jambes, mais une manière stupéfiante d'empoigner la vie ! Et de nous rendre honteux de nous plaindre de nos petites contrariétés. Une leçon de vie et de courage. Une manière de considérer ses limites (pourtant considérables en l'occurrence) avec philosophie et bonne humeur. Une manière aussi de montrer que la joie n'est pas forcément du côté des riches et des bien portants… Extraits. « On ne compte pas tous ses bonheurs. On passe son temps à se plaindre. Et on oublie les choses que l'on possède vraiment. « Dans la vie, il y a des principes-clés. Le premier est : SOYEZ RECONNAISSANT ! « C'est un mensonge de croire que vous ne valez rien ! « Vous êtes superbes tels que vous êtes ! » Un témoignage incroyable et bouleversant. Cette vidéo nous a été transmise par Marie Cesbron Lavau.
De toutes nos forces
Un défi fou et une complicité conquérante entre père et fils
Bande-annonce du film éponyme (Nils Tavernier, 2014)
Partager
Voir la video
L'Ironman (littéralement L'Homme de Fer) est une course de triathlon extrêmement complète et exigeant une endurance aguerrie : la course consiste à enchaîner 3,8 km de natation, 180 km de cyclisme puis un marathon (42,195 km) en course à pied. Découvrez la bande annonce d'un film émouvant, l'incroyable défi d'un père et son fils handicapé souhaitant faire le Ironman ! Les derniers Jeux Olympiques (Sotchi) se sont achevés avec les Jeux paralympiques, réunissant des athlètes handicapés de tous pays pour des épreuves handisports. Les images rapportant ces exploits sont parfois stupéfiantes, et constituent le magnifique témoignage de la volonté humaine, dans la perspicacité, le goût de l'effort et du dépassement de soi, la faculté d'adaptation par delà les handicaps. Ce film montre aussi que ce qui paraît impossible, au-dessus de nos forces, peut être un pari réalisable, surtout stimulé par un amour filial inconditionnel, permettant de dépasser toutes les frontières, et de s'affranchir symboliquement de tous les handicaps…

ATTENTION, ÉCOUTE :

Pourquoi cours-tu ? Qu'as-tu fait de ta capacité d'émerveillement ?
Une incroyable moralité sur la disponibilité intérieure dans la vie quotidienne…
Joshua Bell avec la complicité de Gene Weingarten - Une expérience renversante du Washington Post
Partager
Voir la video
Regardez bien ce montage-photo (paradoxalement sans musique) jusqu'à son terme, moralité comprise : vous allez être sidéré ! Mais n'oubliez pas de vous demander, au terme de cette séquence : « Et moi, dans pareille situation, comment aurais-je réagi ? » Cette scène s'est authentiquement déroulée, le 12 janvier 2007, à une heure de pointe le matin dans le hall d'une station de métro à Washington. À noter qu'au terme de ces trois quarts d'heure de “musique de rue”, il n'y eut aucune réaction, aucun applaudissement. Cette expérience et surtout l'article qui fut publié valurent à son auteur, le journaliste Gene Weingarten, un Prix Pulitzer en 2008. On ne manquera pas bien sûr de se réjouir de la réaction spontanée, et comme épidermique, du petit enfant de trois ans, non encore formaté par les émerveillements ou les indifférences de circonstance, et à la sensibilité assez pure pour s'affranchir du quant-à-soi des voyageurs happés par leur train-train quotidien, et pour reconnaître le prodige au sein de l'ordinaire… Ce lien est dû à l'amicale complicité de l'artiste breton Marc Chaubaron, un Réenchanteur Associé, que nos abonnés assidus reconnaîtront comme l'auteur du personnage facétieux et déjà légendaire de Clotilde. Clotilde, qui déclare bien à propos, comme pour éclairer le sens de l'expérience ici présentée : « C'que les gens y z'admirent, c'est pas l'talent… c'est l'succès ! »
La contagion de la charité
Life vest inside - “Because kindness keeps the world afloat”
Partager
Voir la video
Êtes-vous de ceux qui pensent que nous vivons dans un monde impitoyable, et que la première attitude à adopter est de ne pas se laisser marcher sur les pieds ? Ou bien pensez-vous que c'est précisément du fait que le monde est impitoyable qu'il faut y semer des bonnes actions pour l'assouplir, l'humaniser, le rendre plaisant à vivre ? Si vous optez pour la seconde option, c'est que vous connaissez le pouvoir des petites bonnes actions. Vous avez l'âme assez pure et naïve pour imaginer qu'une bonne action va engendrer une autre bonne action et que, par enchaînement, toutes ces bonnes volontés successives vont permettre l'éclosion d'un monde meilleur, dominé par l'attention, la gentillesse et le respect d'autrui. Par une succession de séquences anecdotiques, cette vidéo nous présente le monde tel qu’il pourrait être si l’on osait l’altruisme, par un petit geste né d'une simple attention à l’autre… Puissions-nous ressentir à notre tour ce pressant besoin d'élan fraternel, déployer cette capacité en nous de donner gratuitement, qui est capable de transfigurer notre quotidien ! Même sans que nous le sachions, un geste d’entraide va en réveiller un autre, qui lui-même…etc. C’est ce qu’on appelle la chaîne vertueuse, ou la contagion de la charité, que Raoul Follereau ou l’Abbé Pierre ambitionnaient de réveiller pour changer le monde… Essayez à votre tour, au cœur même de votre quotidien ! Cette vidéo nous a été transmise par Sébastien Garagnon.
Plus proches qu'on ne croit, plus frères qu'on l'imagine…
Vidéo de sensibilisation au racisme.
Partager
Voir la video
Dans la salle d'attente d'un hôpital, une famille refuse de s'assoir à coté d'une personne à cause de sa couleur de peau, et pourtant il vont bientôt découvrir que cette personne vaut de l'or...
Le plus vibrant des plaidoyers !
L'inoubliable éloquence d'une jeune fille de 16 ans…
Alma Adilon Lonardoni - Lauréate du Concours de plaidoirie (Memorial de Caen)
Partager
Voir la video
Les dix minutes d’éloquence de cette jeune lycéenne vont vous bouleverser. Alma Adilon Lonardoni vient de remporter le concours de plaidoierie organisé par le Mémorial de Caen sur le thème : « Il fait si bon vieillir… » Elle a choisi pour thème le bout du bout de la vie, celui que nous redoutons tous, et elle l'a transcendé, sans théâtralité, avec sobriété et passion, avec un maintien et une sincérité exemplaires, et une sidérante maturité. Sans le moindre papier, d’une voix étonnamment juste, elle rapporte sans pathos ce qui est tout simplement indigne d’une société dite développée. Voici la bien belle révélation d’une toute jeune fille de seize ans — de cette génération dont on dit qu’elle n’a d’intérêt que pour le high-tech, la communication fast-food, le plaisir et la fascination consumériste — qui manifeste une bouleversante sensibilité pour la dignité de la vie “jusqu’au bout”. Alma n’a que seize ans. Elle sait écrire, dire, transmettre, vibrer, émouvoir, aimer. Son apparente fragilité cache une force de conviction étonnante. Sa beauté intérieure claque à chaque conviction comme un drapeau sur le champ d’honneur. Elle est belle et enflammée comme savent l’être les passionaria, capables de défendre des causes qui ne les concernent pas directement, et qui semblent prêtes à déplacer des montagnes. Sa victoire va permettre à Alma de partir à New-York visiter le siège de l’ONU. Alma, tu es magnifique, on a besoin de petits bouts de femme comme toi pour changer le monde ! Extraits de son éloquente plaidoirie : « Aujourd’hui, Mesdames et Messieurs, j’accuse la société de reléguer ses pères, ses mères aux oubliettes. Je pense qu’il est indigne de notre société d’avoir à ce point honte de ses vieux devenus inutiles (…) Je pense qu’il est inacceptables que ces personnes soient considérées comme des enfants voire comme des objets. Car c’est nous qui sommes les enfants, Mesdames et Messieurs, nous qui leur devons tout. Nous avons été protégés par nos parents durant toute notre enfance. Maintenant que nous n’en avons plus besoin, que les rôles pourraient être échangés, pourquoi prendre la peine de leur rendre la pareille ? Comment peut-on penser qu’une personne qui vieillit n’a plus rien à nous apporter ? Un regard autre, qui a connu d’autres valeurs et qui a su acquérir une sagesse particulière, ne nous est-il plus nécessaire ? N’a-t-on pas besoin de se remettre en question auprès d’une simplicité revendiquée par ces personnes ? (…) Pays des Droits de l’Homme ! Il est beau le pays des Droits de l’Homme ! pas même capable de respecter ses racines. Notre belle patrie, qui se veut au plus haut degré de la civilisation, également dans la manière dont elle fait respecter ses lois (et ses droits, cela va sans dire), on oublie peu à peu que tout ce qui constitue les anciennes coutumes n’est pas bon à jeter. Les coutumes amérindiennes, par exemple, parce qu’elles ont su conserver leur sens du respect traditionnel, me paraissent hautement plus louables que celles de notre société actuelle. Dans la tradition amérindienne, le vieux sage est capable d’enchanter, de favoriser le rêve, de deviser à voix haute, d’initier, de transmettre, de conseiller, de montrer le chemin, de rendre compte de l’histoire… De notre côté ? Aujourd’hui, une personne qui vieillit, perd de son efficacité et de son utilité, elle est “amoindrie” ; c’est là le seul statut qu’on lui reconnaisse. Comment accorder son estime à quelqu’un à qui on refuse seulement l’écoute ? Mais le plus dérangeant sans doute, c’est que la vieillesse soit vue comme une échéance cruelle et insurmontable, comme une épreuve douloureuse et non plus comme une étape naturelle de la vie d’un homme. (…) Aujourd’hui je demande, Mesdames et Messieurs, au nom de tous ceux qui souffrent depuis trop longtemps, que bien-être et traitement respectueux ne soient plus des services qui se monnaient, mais qu’ils soient accessibles à tous. Je demande à ce que maison de retraite ne soit plus synonyme d’hospice ni de mouroir, mais de lieu d’accueil solidaire et fraternel. Je demande la dignité. » Nous remercions vivement Raymond Voitoux, qui nous a transmis ce lien.
Transformer la rue…
Trois jeunes allemands font une surprise à un SDF…
Partager
Voir la video
Comment transformer l'indifférence de la foule à l'égard d'un SDF ? Trois jeunes allemands talentueux autant que généreux, ont une attitude touchante en improvisant un petit spectacle de rue, qui retiendra l'attention des passants, au profit du pauvre. Il est ainsi des initiatives simples et spontanées, de nature à métamorphoser la relation entre les gens. Cette vidéo nous a été transmise par un petit réenchanteur plein de vie, Vincent Garagnon.

LE CHANT DU MONDE :

Savoir quel mouvement font les petites fleurs en s'ouvrant le matin…
Quand un grand acteur interprète un grand poète, c'est toujours un grand moment !
Laurent Terzieff interprète Rainer Maria Rilke - Émission Bouillon de Culture (3 février 1995) -
Partager
Voir la video
En 1995, à la demande de Bernard Pivot, Laurent Terzieff “l'éternel jeune homme” (alors âgé de 60 ans) fait l'éloge du théâtre, qui est pour lui le lieu où se rencontrent le monde visible et le monde invisible, façon de guérir son introversion mais aussi miroir que l'on tend aux hommes par l'expérience du langage. De manière à la fois magistrale et humble, Terzieff, l'interprète des heures graves et des instants fondateurs, cite un passage des Cahiers de Malt Laurrids Bridge avec une remarquable justesse de ton. Celui qui fut « ce jeune homme superbe au visage émacié et au regard vert » n'a rien perdu de son magnétisme, de son élégance et de son charme. Acteur d'une grande discrétion et pourvu d'un immense talent, il a reçu de nombreux prix (dont le Prix Gérard Philipe en 1964). Il nous livre ici une leçon sur la délicatesse des choses, spectacle rare qui laisse entrevoir ce que pourrait être la télévision si elle refusait de s'enliser dans des talk-shows affligeants et des émissions populistes aux ricanements convulsifs. Gil Pressnitzer a parlé de Terzieff comme “le crucifié des hautes paroles” : « Émacié comme un christ flamand, avec son sourire fait des ronces des douleurs du monde, il semble toujours faire sacrifice de lui-même pour que les hautes paroles des poètes ne restent pas cachées dans leurs hautes solitudes »… Ce grand moment de poésie nous a été révélé par Fabienne Marsaudon, amie “Réenchanteuse associée”, qui elle-même eut l'occasion d'interprèter Rilke en chansons avec une connivence singulière et une remarquable justesse d'émotion (Coffret « Les Chants de l'Aube » édité par Monte-Cristo et diffusé sur notre boutique en ligne) « Pour écrire un seul vers, il faut avoir vu beaucoup de villes, d'hommes et de choses, il faut connaitre les animaux, sentir comment volent les oiseaux et savoir quel mouvement font les petites fleurs en s'ouvrant le matin... Il faut pouvoir repenser à des chemins, dans des régions inconnues, à des rencontres inattendues, à des départs que l'on voyait longtemps approcher, à des jours d'enfance dont le mystère ne s'est pas encore éclairci (…) à des matins au bord de la mer, à la mer elle-même, à des mers, à des nuits de voyage qui frémissaient très haut et volaient au-dessus des étoiles… »
La gaieté d'où qu'elle vienne
Un regard taillé pour voir l'invisible derrière le visible (04-03-2012)
Christian Bobin – Le Soupir du Chat.
Partager
Voir la video
Christian Bobin est un auteur très singulier, aux antipodes des modes littéraires de l'époque. Son œuvre est au carrefour de la poésie et de la mystique, avec des métaphores et des allégories qui signe son style de manière immédiate. Il accorde une importance suprême aux petites choses, rendant inoubliable ce qui, pour un regard distrait, paraît insignifiant. Extraits de ce texte : « Les enfants sont les plus profonds théologiens. Ils regardent attentivement ce qui tombe de la poche de Dieu sans se laisser distraire par le brouhaha des idées. Leurs yeux taillés en facettes attrapent la gaieté d'où qu'elle vienne (…) Des coquelicots dansaient le long du chemin du retour. Une grâce entrait en fraude dans le monde. Ces passeurs portaient des chemises de soie rouge. L'odeur montante de la terre humide convainquaient de vivre selon la plus grande joie possible ».
Tendresse immaculée
La danse de tendresse des ours polaires - images : Andrew Manske
Partager
Voir la video
Les animaux sont parfois confondants d'émotion dans leur comportement. Peut-être devrions-nous revoir notre vocabulaire en observant de plus près la vie des bêtes. L'adjectif “bestial” qui suggère une cruauté sauvage est parfois plus souvent applicable aux hommes, dont l'actualité récente montre hélas ! la propension à la barbarie. Plongez dans cet univers ouaté où tout n'est qu'attention, grâce, délicatesse, douceur, beauté et harmonie… Un enchantement. Offert par une fidèle réenchanteuse, Béatrice Saint Jean, à laquelle nous exprimons toute notre fraternelle gratitude.
Merveilles hivernales
La vie sauvage à l'état pur…
Partager
Voir la video
Qui ne ressent pas la nostalgie des beaux jours à l'approche des frimas de fin d'année et des journées raccourcies ? Et cependant… combien cette saison est belle aussi, pour peu que l'on s'aventure à observer le chant secret de la nature, les présences furtives, les éclats de lumière, les silences glacés, un certain retour à l'essentiel… 3:46 de beauté… naturelle ! Cette vidéo nous a été transmises par Mme Béatrice Saint Jean.

TALENTS :

Pluie… de talents !
Pluie et orage interprétés sur scène sans instrument
Rain Orchestra -
Partager
Voir la video
L'orchestre de la Pluie… En réalité, il ne s'agit pas d'un orchestre, puisqu'il n'y a aucun instrument et que les musiciens sont avant tout des as du bruitage ! Voilà un exercice de style saisissant, qui réclame une synchronisation, une discipline collective et une sensibilité aux éléments naturels peu commune… Dans une salle de spectacle, des centaines de personnes sont sur scène… pour imiter le bruit, uniquement avec les doigts, avec les mains. De la pluie fine qui démarre par la réverbération des grosses gouttes sur le pavé, jusqu'aux trombes d'eau et à l'orage qui gronde et qui finit par tout noyer. Fermez les yeux. N'est-elle pas là, authentiquement, la petite musique de la pluie ? Ça donnerait presque envie d'aller la goûter “in live”, sans parapluie, histoire de retrouver la délicieuse sensation de ce rafraîchissement venu du ciel ! Cette vidéo nous a été transmise par l'une de nos fidèles abonnées, Sylvia Liteanu.
Une folle maestria
Une interprétation décoiffante d'Antonio Vivaldi…
Enregistrement de concert du film “Salut Salon” réalisé par Ralf Pleger
Partager
Voir la video
« L'Été » de Vivaldi fait ici l'objet d'une compétition musicale quelque peu acrobatique. Derrière le sketch plein d'humour et de charme, d'énergie et de fougue auquel se livrent ces talentueuses musiciennes du quatuor classique de Hambourg, un exercice de style impressionnant… tout autant que désopilant. Il s'agit d'une authentique performance d'artiste : toute la musique est bien jouée en direct, sans play-back, dans des postures parfois impossibles. Cette vidéo pleine d'entrain et de brio nous a été transmise par l'ami réenchanteur Joël Bergeot.
La vitalité joyeuse n'a pas d'âge
Un numéro comique et acrobatique époustouflant !
Partager
Voir la video
Observez ces deux-là : ils donnent un coup de vieux aux jeunes et un coup de jeune aux vieux ! Irrésistible !
Une indescriptible joie rythmée et communautaire !
Une formidable chorale communautaire au rythme incroyablement synchronisé !
Cup Song en gaélique…
Partager
Voir la video
On connaissait le don des Irlandais pour les danses fameuses et spectaculaires sous forme de claquettes (type Lord of the Dance ou Riverdance), voici un spectacle plus amateur mais néanmoins très réglé sur le plan de la synchronisation des gestes. “Cup song”, c'est une chanson rythmée au son de verres en plastique transmis de mains en mains. Tous ceux qui préparent des spectacles mettant à contribution des jeunes, apprécieront l'incroyable travail préparatoire permettant d'aboutir à un résultat aussi parfait ! C'est beau à voir, à entendre, et la jubilation festive des participants, à la fin, est franchement réjouissante ! 600 personnes, jeunes et personnel, ont permis ce spectacle, dont le résultat est saisissant…
Prodigieuse musicalité en harmonie avec la nature !
Un instrument de musique de plusieurs centaines de mètres…
NTN Docomo
Partager
Voir la video
Il faut avoir le perfectionnisme japonais pour imaginer semblable montage qui a dû demander une incroyable patience ! Et il faut aussi avoir le culte de la nature pour aboutir à une telle réalisation en milieu champêtre ! Tradition et modernité, haute technologie et simplicités primordiales, conquête du futur et retour aux sources, le Japon, par ce nouvel exemple, montre décidément qu'il est le pays où le contraire est vrai ! Stupéfiant ! Ce lien vidéo nous a été transmis par la fidèle Marie Desvignes-Eymard de Brassilly.
Une marionnette hyperréaliste
Plus vrai que nature
Ricky Syers - Le mendiant miniature de Manhattan
Partager
Voir la video
Cette incroyable marionnette, aux attitudes et postures étonnamment réalistes a de quoi fasciner touristes, enfants… et écureuils ! Une séquence irrésistible, manifestant le talent de celui qui lui donne vie. Car cette animation réclame une extraordinaire dextérité ! Cette vidéo nous a été transmise par Béatrice Saint Jean.
Une histoire d'amour sur vos écrans !
Une incroyable prouesse technique !
Knock Knock (Groupe Brunettes shoot Blondes) - Music video sur 14 écrans !
Partager
Voir la video
Un groupe ukrainien a réalisé en temps réel un clip où deux amoureux glissent d'écran en écran avant de se retrouver. 2 minutes et 28 secondes de poésie. Héros du clip, un lapin, une jeune fille et surtout les produits Apple : iPhone, iPad, MacBook et iPod, autant d'écrans qui déroulent la petite bluette que le groupe susurre accompagné d'une simple guitare sèche. Réalisé en temps réel, il s'agit d'une véritable prouesse technique, nécessitant pas moins de 14 écrans ! Avertissement - En dépit des apparences, ceci n'est pas une pub pour Apple !
Un personnage irrésisistible
Un talent formidablement expressif !
“La Linea” - conçu, dessiné et animé par Osvaldo Cavandoli (Italie, 1969)
Partager
Voir la video
Cette série, créée en 1969 par l'Italien Osvaldo Cavandoli, un dessinateur de génie, met en vedette un homme au tracé simple vivant sur une ligne horizontale qui n'a de limite que par la volonté du crayon de son dessinateur. Celui-ci, dont on ne voit ponctuellement de lui qu'une main et son crayon, crée l'univers dans lequel vit ce sympathique personnage primaire au langage propre, sans nom officiel mais parfois appelé Balou ou Monsieur Linea selon les pays. Sa voix est celle de Carlo Bonomi. Quand il se retrouve devant un problème, Balou fait appel à l'artiste qui dessine, au fur et à mesure, des éléments de décor. À chaque fin d'émission, Cavandoli laisse généralement son personnage tomber dans le vide. En plus du dessin et de la voix de Monsieur Linea, le troisième élément d'importance dans cette série est la musique composée par Franco Godi. D'abord celle qui ouvre et clôt chaque épisode, caractérisée par ce Baiubadu que fredonne son interprète et qui lui donne son nom. Ensuite la ligne de jazz qui accompagne les aventures de Balou, un tre jazz rapido qui traduit l'excitation permanente du protagoniste. C'est Samuel Bruder, lui-même dessinateur de grand talent, qui a porté à notre connaissance l'existence de cet extraordinaire personnage, né d'un simple coup de crayon !
Les petits prodiges
L'enfance de l'art !
Le Flashmob des Prodiges - Émission France 2 présentée par Marianne James
Partager
Voir la video
Pour célébrer l'émission PRODIGES, diffusée le 27 décembre 2014 en Prime Time, France 2 a créé l'événement pour avoir organisé un flashmob exceptionnel au Centre Commercial de Beaugrenelle, à Paris. PRODIGES est la première émission à révéler les jeunes talents du classique dans trois catégories : danse, musique et chant. Il est intéressant de voir comment une galerie marchande peut être spontanément métamorphosée en lieu de culture populaire. Réjouissant. Cette vidéo nous a été transmise par la fidèle réenchanteuse Béatrice Saint Jean.
Édith Piaf dans une gare
Une talentueuse interprétation spontanée au piano
Partager
Voir la video
Certaines gares ont eu la bonne idée d'installer un piano à disposition des (talentueux) voyageurs souhaitant improviser un petit air de musique. Ce jeune homme restitue les formidables accents populaires de Piaf (La Foule) avec une énergie communicative. Le talent n'est pas forcément dans les salles de spectacle ; on le trouve aussi dans la rue, ou dans une gare… juste avant de prendre son train !
Une fluidité déconcertante
Amazing Freestyle Skating - Sofia Bogdanova
Partager
Voir la video
Regardez bien cette gamine. Elle est russe et s'appelle Sofia Bogdanova. À onze ans, elle est déjà championne d'une pratique qui exige une particulière habileté : le freestyle skating. Aussi gracieux que du patinage artistique avec, en prime, le brio nécessaire pour se jouer de multiples obstacles. Tout l'art consiste à les contourner, à les enrouler, à en faire le centre de circonvolutions subtiles, très travaillées et maîtrisées à la perfection.
Un moment de frisson dans la rue
Martin Hurkens - - L'art dans la rue
Partager
Voir la video
L'art dans la rue c'est aussi ce partage magnifique de "You raise me up" que nous offre Martin Hurkens chanteur d'opéra néerlandais. C'est un ancien boulanger incroyablement talentueux du sud des Pays-Bas qui réchauffe l'âme et nous remplit d'émotions avec la beauté de sa voix. Il a remporté la version néerlandaise de Got Talent britannique en 2010 et depuis, il a eu de nombreuses performances exceptionnelles aux Pays-Bas son pays natal mais aussi en Allemagne, Turquie, Italie, Espagne, France et Amérique du Nord. C'est la fidèle réenchanteuse Béatrice Saint Jean qui nous a fait découvrir ce chanteur étonnant…

HUMOUR :

Emma et moi…
Publicité “Le trèfle”
Le papier a encore un bel avenir…
Partager
Voir la video
Rien, décidément, ne semble pouvoir entraver l'avènement de l'époque moderne et des fabuleuses solutions qu'elle recèle. Rien, vraiment ? Pas tout à fait. Peut-être Emma a-t-elle raison de résister finalement…
Facebook pour les nuls
Une gentille parodie du fameux réseau social
« Face de Bouc » - Les Bodins
Partager
Voir la video
Facebook expliqué par Maria Bodin, vieille paysanne coriace de 87 ans à son benêt de fils Christian ! Alors que le fameux réseau social se targuait tout récemment d'accueillir son milliardième inscrit, il reste bon d'expliquer les fondements de ce prétendu rassemblement d'amis, grâce auquel on peut expérimenter les formidables moyens de communication moderne. Mais ces échanges peuvent-ils durablement concurrencer ceux de la place du village ? Le bon sens a tendance à émettre un affreux doute, juste effleuré par Maria Bodin dont la logique est imparable et irrésistible !